San Francisco – Visite de Chinatown et Opéra en plein air à Dolores Park

Ce samedi, nous avons visité le quartier de Chinatown. Nous y avions déjà fait plusieurs petits passages, mais cette fois-ci pour suivre une visite.
Pour commencer, un peu d’histoire : le quartier de Chinatown s’est formé vers 1860 le long de Sacramento Street. Les immigrés chinois venus lors de la ruée vers l’or étaient jusqu’alors disséminés autour de la baie. Pour les Chinois, peut-être plus que pour les Européens, les USA ne devaient être qu’une étape avant de retourner, une fois riches, dans leur région d’origine. Mais la situation intérieure en Chine n’a pas encouragé beaucoup d’émigrés à refaire le voyage en sens inverse et ils sont donc restés.

La main-d’œuvre chinoise, déjà bon marché à l’époque, était employée à la construction des chemins de fer, dans les fermes californiennes. Certains ouvraient aussi de petites épiceries ou des laveries. Finalement, on s’aperçoit que les auteurs de Lucky Luke s’étaient effectivement très bien documentés et que la réalité n’était pas très éloignée de la fiction. Certaines fresques dans Chinatown rappellent cette époque.
En 1870, les Chinois étaient plus de 60 000 aux USA, pour une population totale de presque 40 millions. La crise économique de 1872 entraîna de fortes tensions xénophobes à l’encontre de la population chinoise, qui était le souffre-douleur des masses de chômeurs et là encore, on peut encore dire que Lucky Luke le montre aussi.

Aujourd’hui, une balade à Chinatown reste une expérience vraiment dépaysante ; « ville dans la ville », on est transporté en Orient, avec les gens, les boutiques, les marchés de produits frais et partout, une frénésie incroyable et des sons inconnus. Les Chinois qui s’étaient établis ici il y a plus d’un siècle avaient fait en sorte de ne pas perdre le lien avec leur pays et leur culture d’origine, puisqu’ils envisageaient d’y retourner rapidement. C’est pourquoi la population chinoise peut donner l’impression de ne pas vouloir entrer dans une démarche d’acculturation. Nous avons par exemple acheté une boisson sur Stockton Street, et la tenancière de la boutique ne parlait pas anglais, mais déblatérait au km en chinois… Allez comprendre !!! Nous sommes aussi allés dans une petite ruelle voir la « Chinatown fortune cookie factory », où sont fabriqués les petits biscuits avec des messages dedans : une petite boutique-atelier où tout est fait à la main, sous les yeux des touristes qui défilent.
Bref, pour tous ceux qui voudront tenter l’expérience : quittez les sentiers battus pour voir l’âme de Chinatown, et vous ne serez pas déçus du voyage !!!

L'après-midi, nous sommes allés dans un parc près de la maison, où se produisait gratuitement l'opéra de San Francisco : moins exotique que Chinatown, mais assez inhabituel malgré tout !!! La configuration du terrain – en amphithéatre – offrait une accoustique intéressante : on entendait aussi bien d'en haut qu'au pied de la scène…

Chinatown sur Wikipedia

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.