Périple Ouest Américain: Grand Canyon (Arizona)

Nous sommes partis de San Francisco pour un petit voyage d’une semaine à destination de l’Arizona et du Nouveau-Mexique.
Ces états se trouvent au sud-est de la Californie. Nous avons ainsi parcouru environ 800 miles (x 1,6 pour les km), en suivant en partie le tracé de la mythique "Route 66", pour arriver jusqu’à la première étape importante de notre voyage : le Grand Canyon !
 

 

Bon, je vais faire un effort – mais il sera vain – tant les mots manquent pour décrire le panorama qui s’offre à vous. On peut donner quelques chiffres, qui traduisent quelque peu la démesure rencontrée ici ; il y a en moyenne 10 miles d’une rive à l’autre du canyon et il d’étend sur plus de 200 miles à travers le nord de l’Arizona ! Quand on est sur la rive sud, il y a environ 1 mile jusqu’au "Colorado River" qui coule en contrebas, et il y fait en moyenne 17°C de plus. Et je peux vous assurer, marques de chaussettes à l’appui, que nous n’avons pas été en reste côté ensoleillement et chaleur ! Il était d’ailleurs plus agréable de se balader le soir et les photos étaient aussi plus belles.

Ce petit coin d'Arizona expose le visiteur inconscient à des conditions parfois hostiles et sur la rive sud, on trouve un climat montagneux qui peut changer rapidement : les autorités multiplient les messages d'avertissement quant aux différents risques. L'amplitude thermique d'une seule journée peut être de plusieurs dizaines de degrés !! De plus, les orages menacent et nous étions en Arizona en pleine saison de la mousson (monsoon en anglais) ; si si, c'est vrai ! Cela peut prêter à sourire, mais l'Arizona et le Nouveau-Mexique sont sujets à de véritables pluies tropicales et torrentielles très localisées qui font régulièrement des victimes. Paradoxalement, au Grand Canyon, ce sont les messages avertissant des risques de déshydratation qui sont légion. Tous les ans, ce sont environ 250 personnes qui sont secourues, car elles s'étaient aventurées dans le canyon mal préparées, mal équipées et souvent trop ambitieuses. Aussi, pour marquer les esprits, un panneau d'affichage relatait l'histoire d'une jeune étudiante en médecine, en excellente condition physique, qui est descendue dans le canyon pour une balade sportive avec son compagnon : ils n'avaient emporté q'un litre et demi d'eau chacun, très peu à manger, et avaient marché aux heures les plus chaudes de la journée. Assoifés et affamés, ils se sont séparés, espérant accroître leurs chances de trouver des secours, mais elle n'a pas survécu aux 41°C qu'il faisait alors et est décédée de déshydratation.

Bon, si on est prudent, qu'on reconnaît ses limites et qu'on sait où on va, cela reste tout à fait agréable!

Bref, pour résumer, le Grand Canyon, c’est… grand et c’est… canyon… Tout est dit.
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s